GES et création de richesse

Par Daniel Laplante, p.-d. g – AIEQ                                                                                                                                                                                 

L’adoption par les gouvernements de mesures visant à limiter le réchauffement climatique moyen à 2°C, par rapport au niveau préindustriel, aurait un effet important sur la production d’électricité d’origine renouvelable et thermique. L’AIEQ a voulu savoir quels seraient ces impacts.

Nous avons consulté les dernières prévisions de l’Agence Internationale de l’énergie (AIE) sur l’offre et de demande d’énergie à l’échelle planétaire pour la période s’étendant de 2010 à 2030. L’étude évalue les menaces et opportunités que connaît le système énergétique mondial basé sur une analyse quantitative rigoureuse des tendances énergétiques et climatiques. D’emblée, nous pouvons conclure que si les pays adoptaient des mesures qui permettraient de limiter le réchauffement climatique à moins de 2°C, la filière des énergies renouvelables en serait grandement favorisée. Ainsi, la proportion de l’énergie renouvelable dans la production d’électricité passerait de 24 % aujourd’hui à 46 % en 2035.

Aux fins de notre analyse, nous avons retenu deux scénarios :

Scénario A – politiques actuelles
Ce scénario tient compte uniquement des politiques gouvernementales actuellement mises en place pour limiter les gaz à effet de serre (GES) et prévoit aucune mesures supplémentaires.

Scénario B – Réchauffement de 2°C
Ce scénario prévoit que les gouvernements mettent en place des mesures pour limiter le réchauffement climatique moyen à 2°C, par rapport au niveau préindustriel, soit la limite recommandée par les climatologues.

Les deux scénarios retiennent les hypothèses suivantes pour 2035 :

  • Croissance économique mondiale annuelle composée de 3,6 %.
  • La population mondiale passera de 6,8 milliards à 8,6 milliards d’habitants.
  • Dans le scénario A, seul l’Europe impose un prix à la tonne de CO2. Il est de 45 $ la tonne en 2035. Dans le scénario B, le prix de la tonne de CO2 varie entre 95 $ et 120 $ la tonne selon les pays.
  • Le développement technologique et leurs mises en œuvre varient énormément selon les scénarios. Par exemple, dans le scénario B, on assiste à un déploiement important du véhicule électrique et le stockage du carbone joue un rôle significatif.

Pour consulter les tableaux

 

  • Twitter
  • Facebook
  • email
  • linkedin